Dieu, le temps, les hommes et les anges
Kiadó: Robert Laffont Kiadás dátuma: 2019.03.21. EAN: 9782221240861 Nyelv: Français Cikk típusa: Könyv
3 850 Ft
Kategória: Szépirodalom (fordítás)
Készleten
Ismertető

Antan a tout l'air de n'être qu'un paisible village polonais. L'existence y est ponctuée par le temps : le temps d'aimer, de souffrir puis de mourir. Antan est situé au centre de l'univers - coeur du monde, coeur des hommes, coeur de l'histoire. Mais qui préside à son destin ? Dieu, qui du haut des cieux lui envoie les maux et les bonheurs dévolus aux humains, ou le châtelain Popielski, envoûté par le Jeu du labyrinthe que lui a offert le rabbin et qui, d'un coup de dés, renverse peut-être l'ordre des choses ? Un homme se transforme en bête, les âmes des morts errent dans le bourg jusqu'à se croire vivantes, des animaux parlent à une vieille folle... Au cours ordinaire de la vie se substitue brutalement la guerre avec son cortège d'événements diaboliques. Un conte ponctué de purs moments d'émotion, de fragiles instants de vérité saisis au vol par une plume d'une fraîcheur et d'une originalité peu communes, celle d'Olga Tokarczuk, la romancière polonaise contemporaine la plus traduite dans le monde, récompensée du prix international Man Booker

Traduction du polonais par Christophe Glogowski
© Robert Laffont

A szerző / sorozat

Née en 1962 et installée à Wrocław, Olga TOKARCZUK se définit par le fleuve : « Je suis de l’Oder, c’est ma Heimat » (patrie). Romancière et essayiste, elle est l’auteure la plus récompensée et admirée de sa génération, lauréate de nombreux prix (dont le Prix Niké - équivalent du Goncourt - et le Man Booker International Prize pour Les Pérégrins), appréciée autant par la critique que par le public.  Qu’elle parle de la mort qui approche, thème central de Récits ultimes, qu’elle s’interroge sur les maisons et les appartenances assignées, comme dans Maison de jour, maison de nuit (Robert Laff ont, 2001) ou qu’elle confronte, comme dans Les Pérégrins, les voyages de touristes aux aventures scientifiques et/ou spirituelles des XVIIIe et XIXe siècles, partout s’égrène la même bouleversante certitude : « Le monde est vivant, vibrant. Il n’existe pour lui aucun point zéro susceptible d’être mémorisé et compris (...). Il n’y a pas plus grande illusion qu’un paysage, puisque la fixité n’y existe pas », constate Olga Tokarczuk.

Pour son dernier ouvrage non encore paru en français, un roman épique de 900 pages, Les Livres de Jacob (2014), elle a reçu une seconde fois le Prix Niké.

Son oeuvre a été couronnée du prix Nobel de littérature 2018.
© La Contre Allée