L'odeur humaine
Editeur: Cambourakis Date de parution: 06/02/2010 EAN: 9782916589435 Langue du livre: Français Nature de l’article: Livre
8 230 Ft
Catégorie: Littérature
En stock
Présentation

Eredeti cím: "Emberszag"

L’Odeur humaine est le dernier roman d’Ernő Szép : publié en 1945, peu après la libération du pays de l’occupation allemande et du régime du parti fasciste hongrois, les Croix fléchées de Ferenc Szálasi, ce roman autobiographique relate quelques mois de la vie d’un écrivain juif en 1944 à Budapest.
Le récit porte sur une période assez brève, entre deux dates historiques décisives, puisque les faits s’inscrivent entre le 19 mars 1944 – la prise de possession du sol hongrois par les forces du Reich – et le 10 novembre de la même année – début des marches forcées qui marquent la dernière étape de l’holocauste des juifs hongrois –.
Quasiment linéaire dans sa narration, écrit à la manière d’un journal, le roman est caractérisé par un ton étrangement posé, dénué de tout pathos, teinté d’humour – parfois cruel – et d’une sorte de nostalgie omniprésente. Cette chronique minutieuse est émaillée d’une foule de détails qui, malgré leur apparente banalité, prennent une importance démesurée, face à la proximité extrême de l’anéantissement des êtres humains. © Cambourakis

L'auteur / la collection

Ernő Szép est né en 1884 à Huszt, à l’est de l’empire Austro-Hongrois, au sein d’une famille juive modeste. Après avoir achevé ses études secondaires, il s’installe à Budapest. Journaliste, il se produit aussi sur les scènes des cabarets, interprétant ses propres textes et chansons. Poète, romancier, dramaturge, il devient rapidement un auteur très populaire, dont les œuvres – une trentaine de volumes – sont connues de toutes les couches de la société. Il gagne également l’estime des cercles littéraires  : collaborateur de la revue Nyugat à partir de 1912, il est l’ami de Endre Ady, de Ferenc Molnár.
Auteur urbain, poète de la ville, il a habité 33 ans durant sur l’Île Marguerite, au cœur de Budapest. Sous le coup des lois anti-juives, dont la rigueur s’accroît dramatiquement entre 1935 et 1944, il doit quitter son appartement pour venir vivre dans le ghetto de Budapest. Il a miraculeusement survécu à l’extermination des juifs de Hongrie, contrairement à ses deux frères, assassinés, et à sa sœur, « disparue ».
Après la prise de pouvoir des communistes en 1948, il cessera pratiquement de publier, et se retire de la vie publique et littéraire. À la fin des années 70, son œuvre sera redécouverte grâce à l’action du grand poète et écrivain Dezsö Tandori, qui considère Szép comme l’un des plus grands maîtres de la littérature hongroise du XXè siècle.
© Cambourakis

Ernö Szép nació en 1884 en Huszt. Con diecinueve años comenzó en Budapest su carrera periodística y publicó sus primeros poemas, con cierto éxito. Formó parte de la revista literaria Nyugat y, en poco tiempo, sus trabajos como dramaturgo, poeta y novelista le hicieron muy popular. Durante la I Guerra Mundial trabajó como enfermero y corresponsal de guerra. En 1920 emigró a Viena para volver tan solo un año después a Hungría. Judío de origen, en 1944 fue detenido, deportado y obligado a realizar trabajos «de esclavos », como relató en su libro de memorias El olor de los humanos.
Sobrevivió a la guerra y vivió hasta su muerte en la pobreza. Tras la liberación de Hungría y su adhesión a la Unión Soviética, Szép cayó en el olvido y murió en Budapest en 1953, sin el reconocimiento del que gozó en su juventud. © Lengua de trapo