Le faon, Bis
Editeur: Viviane Hamy Date de parution: 14/03/2013 EAN: 9782878585780 Langue du livre: Français Nature de l’article: Livre
3 650 Ft
Catégorie: Littérature
En stock
Présentation

Eredeti cím: "Az őz"

Eszter est célèbre. Pourtant, son enfance, pauvre et frustrante, la hante. Son père, aristocrate ruiné et avocat trop honnête, refuse de défendre les causes qu'il n'estime pas justes. Sa mère donne des cours de piano aux enfants du voisinage. La famille tente de survivre dans une Hongrie rurale au quotidien difficile. Eszter monnaye chacun de ses services, s'occupe de l'intendance de la maison. tandis qu'Angela, sa voisine, riche et entourée d'amour, évolue dans un « paradis ». On lui a même offert un faon ! Rongée par la jalousie, Eszter échafaude un plan qui brisera ce bonheur trop parfait. Des années plus tard, Eszter est une actrice au sommet de son art, indépendante, mais très seule. Ses fantômes la tourmentent, l'empêchent de vivre. Elle rencontre pourtant l'amour. Jusqu'au jour où elle découvre que l'homme qu'elle aime est marié à Angela, celle qu'elle a tant haïe dans son enfance, la petite fille parfaite de son village natal ! Sa rancoeur, son amertume, la jalousie qui l'ont modelée et « pétrifiée », la conduisent à tout détruire de nouveau. Magda Szabó distille la jalousie, goutte à goutte. Eszter se confie, se confesse et expie dans un monologue intense, désespéré et tranchant. Ce portrait de femme contradictoire, mais lucide, qui ne maîtrise ni ses sentiments ni ses pulsions, se dessine comme une tragédie grecque. Eszter sera la première à pâtir de ses propres maux. Née à Debrecen en 1917, dans une famille cultivée de la grande bourgeoisie protestante, Magda Szabó était, de son vivant, considérée comme un auteur « classique » de la littérature hongroise. Certains la nommaient « le Mauriac protestant » car elle peignait les passions refoulées des habitants de la Grande Plaine. © Vivane Hamy

L'auteur / la collection

Magda Szabó est née à Debrecen en 1917, dans une famille cultivée de la grande bourgeoisie.
Considérée comme un véritable classique vivant de la littérature hongroise, certains la nomment « le Mauriac protestant », car elle peint souvent les passions refoulées des habitants de la Grande Plaine peuplée majoritairement par des parpaillots.
Ses premiers livres paraissent au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, et elle est saluée comme un des grands espoirs de la littérature. Après 1948, pour des raisons politiques, elle disparaît de la scène littéraire. Pendant une longue période, elle vit de travaux de traduction et d’enseignement.
C’est à la fin des années cinquante qu’elle rencontre un immense succès. En 1959, elle reçoit le prix Attila Jozsef et, en 1978, le prix Lajos Kossuth. Sa notoriété ne fait que grandir.
En 1987, son roman La Porte connaît un succès international. Ce chef-d’œuvre n’est pas immédiatement traduit en France, alors qu’il l’est en Allemagne, en Angleterre et aux États-Unis. En 1992, elle obtient le prix Betz Corporation aux États-Unis. © Viviane Hamy

Magda Szabó nació en 1917 en Debrecen, Hungría, en el seno de una familia burguesa. Sus primeras obras se publicaron a finales de la Segunda Guerra Mundial, y poco después, cuando los comunistas alcanzaron el poder, desapareció de la escena literaria y se dedicó a la enseñanza y la traducción. En la década de los sesenta volvió a publicar novelas, poesía y ensayo, con los que obtuvo numerosos premios literarios de prestigio: el Attila József (1959), el Lajos Kossuth (1978), el Pro Urbe Budapest (1983), el Csokonai (1987), el Getz (1992), el Déry (1996) y el Agnes Nemes Nagy (2000). La puerta (Literatura Mondadori, 2005) se publicó en Hungría en 1987, y en 2003 ganó el premio Femina en Francia. Literatura Mondadori, ha publicado también La balada de Iza. La obra de Magda Szabó, que murió en Budapest en noviembre de 2007, ha sido editada en más de cuarenta países.