Ceux des pusztas
Editeur: Gallimard Date de parution: 12/05/1969 EAN: 9782070232963 Langue du livre: Français Nature de l’article: Livre
9 170 Ft
Catégorie: Littérature
En stock
Présentation

Eredeti cím: "Puszták népe"

Fils de terriens, Gyula Illyés n'est pourtant pas né dans un village de Hongrie, mais dans une «puszta», un de ces grands domaines seigneuriaux qui aggloméraient autour du château des maisonnettes de torchis où vivaient très à l'étroit plusieurs familles.
L'ouvrage d'Illyés prend figure d'une geste alliant le temps à l'espace, où toute une fraternité humaine fait face aux lourds maléfices de l'histoire, cependant que se poursuit le jeu des saisons dans des variantes de couleurs.
Ce monde de la «puszta», dans sa misère, subissait l'emprise d'une poésie naturelle et celle d'une mémoire collective où flottaient jusqu'aux souvenirs des temps de la domination turque sur la Hongrie. D'étranges bergers, plus nobles que ces nobles qui les employaient, y semblaient attendre, recueillis dans une rêverie, couvrant les futures révoltes.
L'ouvrage, publié en 1937 alors qu'Illyés appartenait à un groupe d'écrivains qui avaient décidé de dénoncer coûte que coûte la situation réelle de la paysannerie hongroise, révélait un univers dont on soupçonnait à peine l'existence. Traduit depuis dans presque toutes les langues, il est devenu un classique.
Cette présente édition qui donne de Ceux des pusztas une traduction entièrement nouvelle, plus digne de l'original, est augmentée du Déjeuner au château, écrit après la guerre et les bouleversements sociaux qui l'ont suivie. Complément indispensable, où, à travers les rapports complexes qui se sont établis entre les aristocrates déchus et leurs anciens domestiques, se dessine, sur l'ancien tableau en ce qu'il a de permanent, la figure nouvelle des «pusztas».
© Gallimard

L'auteur / la collection

Gyula Illyès est né le 2 novembre 1902 à Racegres. Après la chute de la Commune de Budapest, en 1919, il vient à Paris où il se lie avec les surréalistes et publie des poèmes dans des revues d'avant-garde. Rentré dans son pays, il fonde en 1947 le Parti paysan populaire. Ses deux ouvrages Vie de Petöfi et Ceux des Pusztas le placent en tête des écrivains populistes de son pays. Il est considéré comme un des plus grands poètes, prosateurs et auteurs dramatiques hongrois. Le prix Kossuth – la plus grande distinction hongroise – lui a été décerné en 1948 et en 1953. Il est mort à Budapest le 15 avril 1983. © Gallimard