Les oiseaux de Verhovina
Editeur: Cambourakis Date de parution: 14/09/2016 EAN: 9782366242287 Langue du livre: Français Nature de l’article: Livre
8 420 Ft
Catégorie: Littérature
En stock
Présentation

Eredeti cím: "Verhovina madarai"

Les oiseaux de Verhovina sont partis subitement, un été. Le village, entouré de mines abandonnées, est coupé du monde depuis que la ligne de chemin de fer a été suspendue. Les habitants vivent en autarcie, avec pour seul réconfort les lángos au fromage blanc et le vin de mûres. Le brigadier Korkodus accueille des jeunes délinquants en réinsertion. La couturière Aliwanka lit l’avenir dans la neige et les larmes des habitants. La garde-malade Nika Karanika est capable de ressusciter les morts. Le jeune détenu Januszky parle une langue qui n’existe pas. Dans cette vie rurale où l’ennui entretient les ressentiments et la suspicion entre les habitants, les menaces apparaissent peu à peu et le malheur finit par s’emparer du village. Jusqu’à ce que le poison s’instille de façon irrévocable dans le coeur des habitants, et qu’il ne soit plus possible de partir de Verhovina...
© Cambourakis

L'auteur / la collection

Une grande partie de son œuvre, consacrée aux formes brèves, a d’abord été publiée par les maisons d’édition hongroises de Roumanie où il est né en 1936. Ádám Bodor s’est installé à Budapest en 1982, où il a travaillé pour les éditions Magvető. Il dit de lui : « La majeure partie de ma vie, je l’ai passée, grâce à la Providence, dans une situation quelque peu marginale, sur le plan tant social qu’existentiel » (Szende, Auteurs hongrois d’aujourd’hui, 1996). Emprisonné à seize ans, son œuvre est marquée par l’expérience de la violence et de l’arbitraire, de la dictature et se caractérise par un humour noir.

Ádám Bodor (Cluj-Napoca—Rumanía—, 1936) pertenece a la población húngara de Transilvania. Fue detenido por la policía política en 1950 y llevado a prisión. Además de La sección (Acantilado, 2007), hemos presentado El distrito de Sinistra (1992; Acantilado, 2003, elegido por La Vanguardia mejor libro de narrativa extranjera de 2003 y galardonado con el premio de traducción Ángel Crespo) y La visita del arzobispo (Acantilado, 2005). Bodor es también el autor de ¿Cómo es un puerto de montaña? (1980), Las montañas de Zangezur (1981), El Éufrates en Babilonia (1985) y El olor de la prisión (1999).