Contes (Hermann Hesse)
Editeur: Rivages Date de parution: EAN: 9782743632649 Langue du livre: Français Nature de l’article: Livre
3 650 Ft
Catégorie: Littérature (traduction)
En stock
Présentation

Hermann Hesse (1877-1962) n’a cessé sa vie durant d’écrire des contes, dont plusieurs restaient encore à ce jour inédits en France. Les textes rassemblés ici révèlent l’influence majeure qu’ont exercée sur le célèbre écrivain allemand les fables médiévales, les histoires chinoises et les récits orientaux, joyaux de sa Bibliothèque idéale.

Si certains de ces Contes peuvent se lire comme des écrits à dimension initiatique, Hesse s’empare également de ce genre narratif séculaire pour aborder avec humour ou gravité des questions sociales, politiques et philosophiques qui demeurent celles de notre époque
© Rivages

L'auteur / la collection

Hermann Hesse est un romancier, poète, peintre et essayiste né le 2 juillet 1877 en Allemagne, mort en Suisse le 9 août 1962.

Né dans une famille de missionnaires protestants, son grand-père, un patriarche, est médecin et également conseiller régional. Fin 1892, il entre au lycée de Bad Cannstatt, à Stuttgart. En 1893, il y obtient son diplôme probatoire de première année, mais interrompt ses études.
Hesse travaille à partir du 17 octobre 1895 dans la librairie Heckenhauer à Tübingen. En 1898, Hesse devient assistant libraire et dispose d'un revenu respectable, lui assurant une indépendance financière vis-à-vis de ses parents.
En 1901, Hesse peut réaliser l'un de ses grands rêves en voyageant pour la première fois en Italie. À la même époque, les occasions de publier des poèmes et de petits textes littéraires dans des revues se multiplient. Il publie alors son roman "Peter Camenzind" en 1904, marquant la rupture : Hesse peut maintenant vivre de sa plume.

Lors de la première guerre mondiale, ses prises de position pacifistes créent une rupture avec son public et lui attirent les attaques de la presse allemande et des lettres de menaces. Il vit aussi des crises familiales et rédige d'un travail frénétique son roman "Demian" qu'il publie après la guerre sous le pseudonyme d'Emil Sinclair. En 1922, parait le roman indien "Siddhartha" où s'exprime son amour de la culture indienne et des sagesses orientales. Un an après, Hesse obtient la nationalité suisse.

Les principales œuvres qui suivent, "Le Curiste" en 1925 et le "Voyage à Nüremberg" en 1927, sont des récits autobiographiques teintés d'ironie, dans lesquels s'annonce déjà le plus célèbre roman de Hesse, "Le Loup des steppes" (1927).
Après son troisième mariage, il publie "Narcisse et Goldmund" (1930). En 1931, il commence à composer sa dernière grande œuvre, intitulée "Le Jeu des perles de verre". Il publie en 1932 un récit préparatoire, "Le Voyage en Orient".
Son refuge spirituel contre les querelles politiques et plus tard contre les nouvelles terribles de la Seconde Guerre mondiale est le travail sur son roman "Le Jeu des perles de verre". À partir de 1937, les ouvrages de Hesse ne sont vendus que précautionneusement, et aucun journal allemand ne publie ses articles.

Imprimé en Suisse en 1943, c'est en grande partie pour "Le Jeu des perles de verre" que lui est décerné en 1946 le Prix Nobel de littérature. Il reçoit la même année le prix Goethe.
© Babelio