Et si on aimait la France
Editeur: Pluriel Date de parution: 13/01/2016 EAN: 9782818505021 Langue du livre: Français Nature de l’article: Livre
2 490 Ft
Catégorie: Essais
En stock
Présentation

" Ainsi vous écrivez un livre sur la France ? - Oui. Ah. et sous quel angle ? Le déclin ? L'avenir ? L'universalité ? Le messianisme ? La cuisine ? Les filles ? " C'est vrai, il faut un angle. Alors, disons que je me pose moi aussi des questions de dettes et de créances. Une manière de dresser un bilan, actif passif, mais surtout de redonner au mot dette tout son sens, celui de faute, de culpabilité.
Un livre pour dire : non, Français, vous n'êtes pas coupables, vous ne devez rien ; le chômage, la catastrophe urbaine, le déclin de la langue, ce n'est pas vous ; le racisme, ce n'est pas vous, contrairement à ce qu'on veut vous faire croire. Vous n'êtes pas coupables. Retrouvez ce sourire qui fit l'envie des voyageurs pendant des siècles, au " pays où Dieu est heureux ". B. M.

L'auteur / la collection

Bernard Maris, né le 23 septembre 1946, à Toulouse est un économiste, écrivain et journaliste français.
Bernard Maris obtient en 1975 un doctorat en sciences économiques à l'université Toulouse-I avec la thèse intitulée « La distribution personnelle des revenus : une approche théorique dans le cadre de la croissance équilibrée », préparée sous la direction de Jean Vincens. Maître-assistant (puis maître de conférences à partir de 1984) à l'université Toulouse-I, il devient professeur des universités par concours d'agrégation (science économique générale) en septembre 1994 à l'institut d'études politiques de Toulouse. Il a enseigné à l'institut d'études européennes de l'université Paris-VIII. Il a également enseigné la micro-économie à l'université d'Iowa (USA) et à la banque centrale du Pérou. Il est souvent présenté comme altermondialiste, du fait de son ex-participation au conseil scientifique d’ATTAC, mais est surtout un grand admirateur de John Maynard Keynes, à qui il a dédié un ouvrage.
Il écrit pour différents journaux : Marianne, Le Nouvel Observateur, Le Figaro Magazine, Le Monde et Charlie Hebdo dans lequel il prend le pseudonyme d'Oncle Bernard.© Babelio

Bernard Maris a été assassiné le 7 janvier 2015 lors de l'attentat contre le journal Charlie Hebdo.