Malentendu a Moscou
Editeur: L'herne Date de parution: 03/11/2021 EAN: 9791031903347 Langue du livre: Français Nature de l’article: Livre
6 020 Ft
Catégorie: Essais
En stock
Présentation

Longue nouvelle, Malentendu à Moscou évoque la crise vécue par un couple vieillissant au cours d’un voyage en Union Soviétique. André et Nicole, professeurs à la retraite, rejoignent Macha, la fille d’André née d’un premier mariage, en U.R.S.S. où elle leur servira de guide et d’interprète tout au long de leur séjour, en juin 1966. Malaise et désarroi s’installent progressivement, aucun des deux époux ne trouvant à ce voyage le charme espéré. Déception politique et « malentendu » sentimental s’entrecroisent, nouant histoire individuelle et Histoire collective. Par ses qualités propres comme par la richesse des échos qu’elle entretient avec l’ensemble de l’œuvre de Simone de Beauvoir, cette nouvelle méritait une nouvelle édition.
La nouvelle est suivie d’un texte de Simone de Beauvoir, Portrait de Jean-Paul Sartre, qui lui fut commandé par Harper’s Bazaar en 1946.
© L’Herne

L'auteur / la collection

Agrégée de philosophie, unie à Jean-Paul Sartre par un long compagnonnage affectif et intellectuel, Simone de Beauvoir (1908-1986) publie son premier roman, L’invitée, à trente-cinq ans. Paru en 1949, Le deuxième sexe fait d’elle l’une des figures du féminisme du XXe siècle et lui assure une renommée internationale. Les Mandarins reçoit le prix Goncourt en 1954. Ses mémoires, écrits entre 1958 et 1972, (Mémoires d’une jeune fille rangée, La force de l’âge, La force des choses, et Tout compte fait), trouvent leur justification dans une contradiction essentielle à l’écrivain : choisir lui faut toujours entre bonheur de vivre et nécessité d’écriture ; entre splendeur contingente et rigueur salvatrice. Faire de sa propre existence l’objet de son écriture, c’était en partie de sortir de ce dilemme. Elle fut également co-fondatrice de la revue Les Temps modernes et a été une épistolaire passionnée, comme en témoigne sa correspondance avec Nelson Algren et Sartre (La Cérémonie des adieux, Lettre au Castor).  
© Folio Gallimard