Cossery Albert

Albert Cossery est un écrivain égyptien de langue française.

Né d'un père rentier et d'une mère illettrée, il poursuit sa scolarité dans les écoles chrétiennes du Caire. Il est très tôt initié à la littérature française, et commence à écrire poèmes et romans dés l'âge de dix ans.

La rencontre de Henry Miller lors d'un voyage aux États-Unis aide Cossery à publier son premier ouvrage en 1941, "Les Hommes oubliés de Dieu", avec lequel il fait véritablement son entrée dans le monde littéraire. En 1945, l'écrivain égyptien décide de s'installer à Paris, dans un modeste hôtel, "La Louisiane", de Saint-Germain-des-Prés (où il a vécu jusqu'à sa mort).

Il publie ensuite environ un livre tous les dix ans. En 1948, paraît "Les fainéants dans la vallée fertile", l'histoire d'une famille qui cultivait sa paresse comme une plante rare...

En 1955, paraît "Mendiants et orgueilleux", qui sera souvent considéré comme son chef-d’œuvre. Suivent "La violence et la dérision" (1964), Grand prix du roman de la Société des gens de lettres 1965, "Un complot de saltimbanques" (1975), "Une ambition dans le désert" (1984), et enfin "Les Couleurs de l'infamie" (1999), Prix Méditerranée 2000, après lequel Cossery déclare arrêter d'écrire.

En 1990, Il obtient le Grand prix de la francophonie pour l’ensemble de son œuvre.

Les livres d'Albert Cossery font l'éloge du dénuement et de la paresse, et érigent ces deux caractéristiques en une véritable philosophie. Ils mettent en scène le peuple du Caire, avec un sarcasme et une ironie rendus élégants par la plume de l'auteur. Il s'agit, dans chacune de ces histoires, de faire entendre en France la voix de "l'arabe égyptien", et d'interpeller avec humour sur les dérives des hommes et du politique.
© Babelio

Ses livres / La collection