Le Diable au corps, Folio
Editeur: Folio Date de parution: 04/06/1982 EAN: 9782070373918 Langue du livre: Français Nature de l’article: Book
2 490 Ft
Catégorie: Littérature
En stock
Présentation

Le premier roman d'un écrivain mort à vingt ans et l'un des plus beaux rôles de Gérard Philipe. En 1918, un lycéen, François, s'éprend d'une jeune femme, Marthe, dont le fiancé, Jacques, est au front. L'amour fou, absolu, malgré tout et contre tous, voisins ricaneurs ou parents désemparés. Mais aussi, très vite, l'anxiété, la cruauté inconsciente, l'impossibilité pour un enfant de vivre une aventure d'homme. La guerre finit et ses « quatre ans de grandes vacances », Marthe meurt en mettant au monde l'enfant qu'elle a eu de François et qui sera la « seule de raison de vivre » de Jacques. « En voyant ce veuf si digne, je compris que l'ordre, à la longue, se met de lui-même autour des choses. Ne venais-je pas d'apprendre que Marthe était morte en m'appelant, et que mon fils aurait une existence raisonnable ? » © Folio Gallimard

Lecture recommandée par les professeurs de Lettres du Lycée français de Budapest aux élèves de Seconde, Première et Terminale

L'auteur / la collection

Saint-Maur 18/06/1903 - Paris 12/12/1923
Elève médiocre au lycée Charlemagne, à Paris, le jeune Radiguet est un fervent lecteur des grands classiques français du XVIIème et du XVIIIème siècles. Il se passionne également pour des poètes plus récents tels que Paul Verlaine, Stéphane Mallarmé, Arthur Rimbaud ou le Comte de Lautréamont, qui auront une profonde influence sur sa jeune plume.
Dès l'âge de quinze ans, il décide de cesser ses études pour se consacrer entièrement au journalisme. Il fait rapidement la connaissance d'artistes et de littérateurs d'avant-garde, parmi lesquels, en 1920, Jean Cocteau. Après avoir entendu quelques créations du jeune poète, Cocteau le pousse à écrire Dès lors, tous deux seront inséparables, et créent une revue quasi confidentielle à laquelle participeront entre autres Paul Morand et Tristan Tzara.
En 1921, il achève la rédaction du Diable au Corps, qui fera scandale à sa publication deux ans plus tard, et lui vaudra par la même un franc succès. Il s’attelle aussitôt à l'écriture de son second roman, Le bal du Comte d'Orgel, qui ne sera édité qu'à titre posthume, en 1924. La fièvre typhoïde le fauche en effet au tout début de sa carrière, alors qu'il n'a que vingt ans, et fait de lui une icône de la littérature française du début du XXème siècle.
© Babelio