Le toutounier (arrcom)
Editeur: Stock Date de parution: 01/12/1984 EAN: 9782234017733 Langue du livre: Français Nature de l’article: Book
2 745 Ft
Catégorie: Littérature
En stock
Présentation

Alice, qui vient de perdre son mari Michel, se réfugie droit au "toutounier" natal, vaste canapé d'origine anglaise où elle retrouve ses soeurs Colombe et Hermine. Le toutounier sert de mère aux quatre filles Eudes, tôt orphelines. Il est le lieu de leur fraternelle et rude solidarité, le lieu où elles se lavent de leurs ordinaires misères de filles pauvres et solitaires, accrochées à la pensée d'un homme et d'un rêve de monogamie heureuse. Lieu féminin par excellence où l'on reprend son souffle entre deux luttes pour la vie, lieu que l'on ne quitte jamais pour de bon. Ces toutounières qui parlent toutounier sur le toutounier natal et s'y endorment entremêlées, ressemblent comme des soeurs aux femmes et aux chattes qui hantent l'univers romanesque de Colette. Soeurs, elles le sont aussi de toutes les femmes amoureuses d'un homme, tendrement complices, finalement rassurées par leur propre visage que le miroir toutounier renvoie de l'une à l'autre. © Stock

L'auteur / la collection

Née en 1873 à Saint-Sauveur-en-Puisaye (Yonne), Sidonie Gabrielle Colette y vit jusqu’à son mariage en 1893 avec Henri Gauthier-Villars, dit Willy. C’est lui qui l’incitera à écrire la série des quatre Claudine (1900-1904). Divorcée en 1906, elle devient mime tout en continuant à écrire – romans ou souvenirs : Les Vrilles de la vigne, La Vagabonde, Dialogues de bêtes, La Retraite sentimentale ou encore L’Envers du music-hall. Elle donne des articles au Matin dont elle épouse le rédacteur en chef, Henri de Jouvenel, en 1912. Elle divorce en 1924, se remarie en 1935 avec Maurice Goudeket. Membre de l’Académie royale de Belgique (1936) et de l’académie Goncourt (1944), elle meurt à Paris en 1954. Par son style et par l’ampleur de son œuvre, elle se classe parmi les meilleurs écrivains du XXe siècle. © Le Livre de Poche

Sidonie-Gabrielle Colette (1873-1954) debutó en la vida literaria de la mano de su marido Henri Gautier Villars, Willy, en 1900 con la primera de las novelas del ciclo «Claudine». Solo al cabo de unos años la autora empezó a firmar su obra con su propio nombre. Autora de novelas tan deliciosas como La vagabunda, Gigi, Chéri y La mujer oculta, Colette fue abriéndose camino en las letras francesas hasta llegar a ser nombrada presidenta de la Academia Goncourt. En 1984, treinta años después de su muerte, toda su obra fue reunida en la colección de La Pléiade. © Me gusta leer