Lettres de la religieuse portugaise
Editeur: Larousse Date de parution: 14/04/2010 EAN: 9782035850720 Langue du livre: Français Nature de l’article: Book
1 140 Ft
Catégorie: Jeunesse Sous catégorie: 16+ ans
En stock
Présentation

Portugal, 1668. Mariane, une jeune religieuse, a été séduite puis abandonnée par un officier français.
Depuis son couvent, l'héroïne écrit à l'amant perfide une série de cinq lettres tout à tour enflammées et désespérées.
Longtemps tenues pour authentiques, ces lettres s'avèrent un chef-d'œuvre de l'art épistolaire et un modèle inégalé dans l'expression de l'amour.

Public : Lycée
© Larousse

Lecture recommandée par les professeurs de Lettres du Lycée français de Budapest

L'auteur / la collection

Né(e) à : Bordeaux , le 18/11/1628
Mort(e) à : Constantinople , le 15/03/1685

Gabriel Joseph de Lavergne, comte de Guilleragues, est un journaliste, diplomate et écrivain français.

Guilleragues était premier président de la cour des aides de Bordeaux, lorsqu’il s’attacha au prince de Conti. Après avoir successivement rempli les fonctions de secrétaire des commandements de ce prince, puis celles de secrétaire de la chambre et du cabinet du roi, il fut nommé, en 1677, ambassadeur à la cour ottomane.

Par sa tenue fière, sans outrecuidance, et sa patience qui ne se lassa pas, Guilleragues parvint à rétablir les bons rapports entre les deux pays et les deux cours. Cependant, à peine avait-il remporté cette victoire d’amour-propre diplomatique que Guilleragues mourut à Constantinople d’apoplexie.

Écrivant avec facilité, Guilleragues dirigea pendant quelque temps la Gazette de France. En 1669, Guilleragues publia les célèbres Lettres portugaises en les présentant comme la traduction de cinq lettres d’une religieuse portugaise à un officier français entrées en sa possession et dont l’original « portugais » s’était soi-disant perdu.

Mais il fut définitivement établi vers 1950 que les lettres avaient bien été écrites par Guilleragues.
© Babelio