La Rue de l'ours
Editeur: Iconoclaste Date de parution: 03/10/2018 EAN: 9782378800321 Langue du livre: Français Nature de l’article: Livre
5 200 Ft
Catégorie: Littérature
En stock
Présentation

Rentrée littéraire automne 2018

Serge Bloch est un illustrateur mondialement connu(Max et Lili, Samsam, le New Yorker...) La romancière Marie Desplechin lui prête sa plume pour qu'il revienne dans la rue de son enfance.

CHEZ LES OURS
Dans la rue de l’Ours, à Colmar,il y a une boucherie casher. Derrière le comptoir, il y a la tante Thérèse, dite Loulou. Dans l’arrière-boutique, Georges, l’oncle, fait les comptes. Traversez la petite cour, Sylvain est dans son laboratoire. C’est ici que Serge retrouve son père qui prépare la viande. La boucherie, c’est l’épicentre de la famille Bloch. Et pour cause, on se la transmet de père en fils. Serge Bloch se remémore. Il raconte le grand-père, ses parents qui durent fuir la région pendant la guerre. Les années 1960. Les rites juifs. Les grands bonheurs et les petits larcins de l’enfance. Et dresse une galerie de personnages forts et attachants. Le portrait d’une famille attendrissante, où l’amour se dit sans mots.

DU COUTEAU AU STYLO
Si la boucherie a fermé et n’est plus aujourd’hui qu’une devanture aveugle, il n’en reste pas moins que subsiste un héritage. Celui de la beauté du mouvement. Attention, travail, précision. Serge y apprend l’amour du travail bien fait. Du geste précis. Le couteau s’est transformé en crayon. Mais l’héritage est bien ancré.

ÉCRIRE, DESSINER
Qui de mieux placé que Marie Desplechin pour conter cette histoire de famille ? D’une plume juste, elle se faufile dans le passé des Bloch, avec une tendresse inouïe. En regard, Serge Bloch, d’un coup de crayon, croque ces scènes, qui étaient jusque-là restées blotties dans sa mémoire. Deux artistes qui ont en partage un irrésistible sens de l’humour.
© L’iconoclaste

L'auteur / la collection

Marie Desplechin est journaliste et écrivain de livre pour enfants et adultes. Mariée et mère de trois enfants, elle a fait des études de journalisme avant de travailler dans la communication d’entreprise.
Ses premières parutions sont pour L’école des Loisirs (1993). Ce n’est qu’après qu’elle se lance dans l’écriture de nouvelles (1995). Elle est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence et depuis 2006 publie régulièrement des articles dans l’Express.
La Vie sauve qu’elle coécrit avec Lydie Violet, obtient le prix Médicis essai en 2005.
Danbé, coécrit avec Aya Cissoko, obtient le Prix de l’héroïne “Madame Figaro” 2011.
En 2013, elle obtient le Prix Bernard Versele (catégorie 5 chouettes) pour son ouvrage jeunesse Babyfaces.
Elle travaille régulièrement comme journaliste pour différents magazines et participe à l’écriture de scénarios de films. Elle vit à Paris.
© L’iconoclaste